La qualité de vie au travail, tout comme la question du temps et du budget des transports, sont au cœur des préoccupations des Français. Ils apparaissent comme des éléments déterminants pour une vie professionnelle et personnelle épanouie. HelloWork, qui édite les plateformes RegionsJob et ParisJob, a interrogé les actifs en poste et en recherche d’emploi sur leurs habitudes et leurs attentes en matière de transports pour se rendre au travail.

Les principaux résultats :

  • Près de la moitié (45%) des Franciliens mettent plus de 45 minutes pour se rendre au travail quand la majorité des Français dans leur ensemble (51%) mettent moins de 30 minutes.
  • La voiture, premier moyen de transport en France pour se rendre sur son lieu de travail (65%). Les Franciliens plébiscitent en premier lieu le métro/RER (51%) et ne sont que 32% à préférer la voiture.
  • 8 habitants sur 10 de villes de plus de 100 000 habitants dépensent moins de 100 euros par mois pour leur trajet domicile/travail quand près d’un tiers (29%) des habitants de petites villes dépensent plus de 150 euros.
  • Près de 3 Français sur 4 sont prêts à changer d’emploi pour se rapprocher de leur domicile.
  • 7 chercheurs d’emploi sur 10 sont prêts à accepter un poste moins rémunéré s’il est plus près de chez eux.
  • La moitié des chercheurs d’emploi sont prêts à déménager pour trouver un emploi.

Déménager, baisser son salaire : les Français prêts à s’adapter pour leur emploi

Les Français sont globalement prêts à s’adapter ! 4 Français sur 10 se disent prêts à déménager pour se rapprocher de leur travail. A l’inverse, près de 3 sur 4 pourraient changer d’emploi pour se rapprocher de leur domicile (le chiffre baisse légèrement, à une personne sur deux, en Île-de-France et seulement une sur trois dans les villes de moins de 20 000 habitants).

Plus inattendu, près de 4 Français sur 10 sont prêts à baisser leur salaire pour rapprocher leur emploi de leur domicile. Un phénomène moins présent dans les villes de plus de 100 000 habitants (24% seulement), à mettre en rapport avec les 69% d’actifs en poste satisfaits de leur temps de transport dans ces villes. Les chercheurs d’emploi sont quant à eux prêts à encore plus de changements : 7 sur 10 sont disposés à accepter un poste moins rémunéré s’il est plus près de chez eux et la moitié pourraient déménager pour trouver un emploi. Côté temps de trajet en revanche, seuls un tiers d’entre eux seraient prêts à faire plus de 45 minutes de trajet.

Le transport domicile / travail au cœur des préoccupations des Français

Pour près de 9 Français sur 10, le temps de trajet est un élément important de l’équilibre vie pro / vie perso (près d’1 Français sur 2 le juge même très important). Au-delà du temps passé, il représente un budget conséquent pour les salariés en poste : si 8 habitants de villes de plus de 100 000 habitants sur 10 dépensent moins de 100 euros pour leur transport domicile/travail, près d’un tiers (29%) des habitants de petites villes dépensent plus de 150 euros.

Logiquement, 42% des Français vivant dans les villes de moins de 20 000 habitants déclarent que leur budget transport impacte « fortement » leur pouvoir d’achat.

A noter également que 66% des chercheurs d’emploi seraient prêts à postuler à un emploi plus loin de chez eux si le télétravail était permis dans l’entreprise.

 L’Île-de-France, un cas à part en France

Sans surprise, l’Île-de-France est un cas à part. Cela commence par le temps de trajet : près de la moitié des Français mettent plus de 30 minutes à aller au travail, quand ils sont 71% en Ile-de-France. Heureusement, l’acceptation n’est pas la même, les Franciliens sont prêts à des temps de transport plus longs : 39% consentent à faire un temps de transport supérieur à 30 minutes quand ils ne sont que 22% dans les villes de moins de 20 000 habitants.

Les Franciliens et les habitants de villes de moins de 20 000 habitants partagent la même insatisfaction (42% et 41%) sur la question de leur temps de trajet. Les moins insatisfaits sont les habitants des villes de plus de 100 000 habitants (seulement 30%) et des villes entre 20 000 et 100 000 habitants (32%).

Les moyens de transport sont également différents : seuls 32% de Franciliens et 35% des habitants de villes de plus de 100 000 habitants prennent leur voiture pour aller travailler quand ils sont 82% dans les villes de moins de 20 000 habitants.

Chiffre plus surprenant, seuls 8% des Franciliens vont travailler en vélo (dont 2% en vélo ou trottinette électrique) quand ils sont 20% pour les villes de plus de 100 000 habitants.

Les infrastructures en Île-de-France vont faire bouger les lignes

Le projet du Grand Paris Express n’est pas encore sorti de terre mais il a déjà des effets notables sur les projets des actifs franciliens en poste qui sont 28% à songer à déménager et 43% à changer de travail.

43% des chercheurs d’emploi changent la zone géographique dans laquelle ils recherchent un poste du fait des possibilités offertes par le GPE.

 

Méthodologie :
Enquête réalisée par HelloWork entre le 7 et le 14 mars 2019 via un questionnaire en ligne auprès d’un échantillon de 2 413 individus, redressé afin d’être représentatif de la population active des 15-64 ans résidant en France Métropolitaine (base INSEE 2015), selon les critères sociodémographiques (sexe, âge, région de résidence et situation face à l’emploi).
Marge d’erreur : 1,99%
Niveau de confiance : 95%