Un an après le début de la crise et le premier confinement, comment les entreprises et leurs salariés se sont-ils adaptés ? HelloWork, acteur digital N°1 de l’emploi, du recrutement et de la formation en France, avait sondé en avril 2020 1 015 salariés en poste pour comprendre en quoi cette crise sanitaire bousculait leur rapport à la mobilité professionnelle.

Qu’en est-il en 2021 ? 1 005 salariés en poste et 384 recruteurs ont partagé leur ressenti sur leur rapport au travail, leur envie de mobilité, les pratiques de recrutement et de télétravail, leur vision de la gestion de la crise par leur entreprise ou encore sur l’évolution leur opinion de leurs managers.

Les grands enseignements :

 

1 salarié sur 2 a intensifié ses recherches depuis la crise en raison de l’envie d’un nouveau projet professionnel.

Si 94% des recruteurs interrogés ont continué d’embaucher pendant la crise, les deux tiers n’ont pas encore observé d’évolution dans leur turn-over.

85% des DRH estiment que les attentes des candidats ont évolué, les rendant plus attentifs sur les conditions du poste proposé ; le constat est le même du côté des salariés : près d’un sur deux considère que la crise a eu un fort impact sur ses envies professionnelles et sa carrière.

Le télétravail s’est imposé : 85% des salariés aimeraient continuer à en bénéficier, et 73% des professionnels des RH pensent élargir cette possibilité de manière plus forte.

 

Une recherche de mobilité qui s’accentue…

 

La crise sanitaire a poussé un répondant sur deux à intensifier ses recherches, 11% à les diminuer ou à les stopper (VS 48% dans cette situation en avril 2020).

Les raisons principales de cette envie d’ailleurs reposent avant tout sur la prise de conscience de nouvelles appétences ou d’un nouveau projet (53%), devant la manière dont leur entreprise actuelle a géré la situation (36%) et l’envie de déménager dans une nouvelle région (36%). Ceux qui ont diminué ou arrêté leurs recherches l’ont fait principalement car la situation économique et sanitaire n’était pas en phase avec leur nouveau projet professionnel (50%), parce que leur moral était affecté par la situation actuelle (49%), ou parce que leur secteur semble particulièrement touché par la crise (35%).

 

 

… des recrutements qui se poursuivent

 

Si les envies sont clairement là, cela n’est pas (encore) très visible dans les entreprises. En effet, si 34% des professionnels des RH interrogés ont remarqué un turn-over, il est aussi bien à la hausse qu’à la baisse (17% chacun). Si 94% des DRH interrogés ont continué de recruter depuis de la crise, autant qu’avant-crise pour la majorité, voire plus, pour 15% d’entre eux, 31% moins qu’avant et 47% à un niveau comparable.

 

 

Un regard sur la gestion de la situation mitigé, malgré des équipes des RH présentes au quotidien

 

Profession particulièrement concernée et scrutée pendant la crise sanitaire, les professionnels des RH ont répondu présents. Ils sont ainsi 90% à avoir mis en place des moments d’échanges réguliers entre la direction et les collaborateurs, a minima mensuels dans un cas sur deux. 48% ont également proposé des outils pour prendre le pouls du bien-être des équipes et 46% ont entrepris des actions pour favoriser les échanges. 75% des équipes RH déclarent avoir accompagné les managers dans la gestion de la crise sanitaire via des points réguliers (82%), par l’échange de bonnes pratiques avec d’autres managers (53%) et 27% grâce à des formations.

 

 

La gestion de la situation par les entreprises est plutôt bien perçue par les salariés tant d’un point de vue économique (61% la jugent comme bonne ou très bonne), RH et culture d’entreprise (45%) ou managérial (47%). Des chiffres proches du ressenti d’avril 2020, où ils étaient 58% à juger la gestion de leur entreprise très bonne ou plutôt bonne.

 

 

L’impact de la crise est le plus marquant concernant la vision que les salariés ont de leur entreprise et de leur manager. Dans le premier cas, seules 12% des personnes interrogées estiment que leur opinion de leur entreprise s’est améliorée suite à la manière dont la crise a été gérée. Un chiffre qui s’établit à seulement 13% pour les managers. A l’inverse, 43% ont une opinion détériorée de leur entreprise, et 35% de leur manager ! Des chiffres qui évoluent de manière négative par rapport à 2020, où 19% des opinions étaient à la hausse et seulement 29% à la baisse.

 

 

 Un rapport au travail bouleversé

 

La crise sanitaire a grandement impacté le quotidien et la vie professionnelle des Français : 48% des salariés déclarent que l’impact a été fort sur leur rapport au travail. Près d’un sur deux estime que la crise a changé leurs envies de carrière. Seuls 23% se sentent plus impliqués dans leur travail, quand 46% se sentent moins engagés.

 

 

Du côté des équipes RH, elles sont 95% à penser que les attentes des salariés ont évolué ! Même constat concernant les candidats : 85% des recruteurs jugent que les attentes des candidats ont changé, et dans la majorité des cas, cela se concrétise par plus d’exigence sur les conditions des postes proposés.

 

 

Un télétravail parti pour durer

 

Le changement le plus emblématique dans les attentes professionnelles est sans doute celui du télétravail. Seuls 28% de ceux qui l’ont pratiqué jugent leur productivité plus faible qu’en présentiel. 85% aimeraient continuer à en bénéficier, que ce soit en télétravail total (15%), en mix présentiel/télétravail (53%) ou simplement de manière ponctuelle (17%). Les professionnels des RH sont très réceptifs à cette demande : les trois quarts pensent élargir un peu plus (49%) ou beaucoup plus (24%) la possibilité de télétravailler. La flexibilité horaire, grande tendance d’avant-crise, ne va être développée que par un professionnel des RH sur trois.

 

 

« Malgré ce que l’on aurait pu croire, les salariés ne font pas preuve d’attentisme dans cette crise, bien au contraire, ils ont des projets, des envies d’ailleurs, de mobilité, ils accélèrent leurs recherches, leurs projets professionnels. Les entreprises ont suivi la même tendance : elles ont continué à recruter dans leur grande majorité et observent que les candidats sont de plus en plus attentifs aux conditions du poste, le télétravail est désormais devenu central, le rapport au travail n’est plus le même comme le démontrent les résultats de cette enquête. Les entreprises, pour répondre aux attentes de leurs salariés et futurs salariés, vont devoir se démarquer en mettant en avant leur culture d’entreprise et par conséquent, tenir un discours de « réalité employeur » en phase avec celle-ci » déclare David Beaurepaire, directeur délégué chez Hellowork.

 

Méthodologie : Enquêtes réalisées du 15 février au 4 mars 2021 
auprès de panels de 384 professionnels des RH et de 1 005 salariés en poste.