La société HelloWork (ex-groupe RegionsJob), l’acteur digital de référence de l’emploi, du recrutement et de la formation en France a diffusé sur l’ensemble de ses plateformes (RegionsJob, ParisJob, Cadreo, BDM/job) plus de 220 000 offres d’emploi au 1er trimestre 2019. Ses 110 millions de visites et ses 14 millions de mises en relation l’an passé lui permettent de proposer un panorama complet des dynamiques de l’emploi en France.

Au 1er trimestre 2019, on observe une baisse de la croissance du volume d’offres d’emploi, une tendance déjà observée au second semestre 2018, et qui est comparée à un premier semestre 2018 extrêmement dynamique. Avec 5% de croissance, le premier trimestre 2019 est à un niveau record en valeur absolue et fait suite à une croissance de 39% au premier trimestre 2018. Il s’inscrit dans une dynamique positive de recrutements, avec néanmoins quelques disparités selon les régions et les fonctions.

    • Quelles régions se détachent ?
    • Quelle est la dynamique dans les grandes métropoles vs le reste de la France ?
    • Quels métiers souffrent d’une moins forte demande des recruteurs ?
    • Quelle est l’évolution des types de contrats proposés ?
    • Quelles sont les perspectives pour le reste de l’année 2019 ?

Voici un état des lieux complet de l’évolution du marché de l’emploi au 1er trimestre 2019.

 

La région PACA connait la plus forte croissance

La région PACA est pour la première fois en tête du classement national avec une évolution de +15% de son volume d’offres d’emploi. La Bretagne prend quant à elle la seconde place avec une croissance de +8%. Suivent à égalité avec +7% les Pays de la Loire, l’Île-de-France et le Grand-Est. Dans une dynamique moins positive, la Bourgogne Franche-Comté, le Centre-Val de Loire et les Hauts-de-France connaissent un recul avec des évolutions entre -1% et -9%. Enfin, trois régions sont en quasi stabilité avec 0, +1% et +2% (respectivement la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie).

L’Île de France région la plus pourvoyeuse d’emplois

Le baromètre connait peu d’évolutions concernant le poids de chaque région ; si l’Île-de-France n’est pas la région à la plus forte croissance, elle n’en demeure pas moins celle proposant le plus d’offres d’emploi avec près de 20% du volume national. L’Auvergne-Rhône-Alpes reste à la 2nde place du classement avec 15%. Les Pays de la Loire réalisent la plus belle progression et accèdent à la 3ème place.

Strasbourg et Montpellier, des métropoles en rattrapage

L’Eurométropole de Strasbourg et Montpellier Méditerranée Métropole connaissent la meilleure croissance avec +16%, devant la Métropole d’Aix-Marseille-Provence et ses +15%. La Métropole du Grand Paris et la Métropole de Lyon pèsent près de la moitié des offres à pourvoir dans ce « top 10 » des métropoles (46%).

En fin de classement, la Métropole Européenne de Lille accuse une diminution de 5% de son volume d’offres d’emploi ; elle enregistrait une croissance de 32% au premier trimestre 2018.

 L’ingénierie industrielle en tête des fonctions les plus porteuses

Le top 3 des fonctions les plus dynamiques est composé de l’ingénierie industrielle (+17%), des fonctions commerciales (+12%) et des ingénieurs d’études & développement informatique (+9%). Quatre fonctions sont en léger recul par rapport au 1er trimestre 2018 : le BTP/construction (-1%), les fonctions de bureaux d’études/R&D (-2%), la compatibilité/finance (-2%) et la logistique/transport (-5%).

Recul des CDD et de l’intérim

Si les CDI continuent leur progression avec +11% de croissance, les CDD n’ont pas la cote auprès des recruteurs (–14% vs T1 2018). Le travail temporaire est lui aussi moins demandé avec -6% d’offres proposées, tout en restant à un niveau très élevé en valeur absolue. A noter que la part des CDI augmente de 4 points pour représenter 74% de l’ensemble des offres d’emploi.