HelloWork – l’acteur digital de référence de l’emploi, du recrutement et de la formation en France, a analysé l’utilisation de ses plateformes emploi RegionsJob et ParisJob en septembre 2020. Grâce à l’étude des recherches effectuées par 3,1 millions d’utilisateurs dans l’Hexagone, HelloWork dresse un état des lieux des envies de mobilité professionnelle en France :

– Dans quelles régions les Français souhaitent-ils travailler ?
– Quelles régions ont le plus de mal à retenir leurs talents ?
– Quelles sont celles qui attirent le plus les actifs franciliens ? Et les candidats de chaque région ?

Les principaux résultats :

  • Seuls 24% des candidats franciliens consultent des offres d’emploi uniquement dans leur région de résidence ; ils sont 41% en Auvergne-Rhône Alpes
  • L’Ouest de la France arrive en tête des régions qui parviennent le mieux à fidéliser leurs actifs : seulement 14% des habitants des Pays de la Loire et 13% des Bretons recherchent « uniquement hors de leur région »
  • Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et les Pays de la Loire sont celles qui attirent le plus les actifs franciliens

L’Île-de-France en tête des régions que les actifs souhaitent quitter

L’Île-de-France a visiblement du mal à fidéliser ses actifs. Avec plus de 4 candidats sur 10 qui consultent des offres d’emploi uniquement dans d’autres régions que la leur, la région parisienne arrive largement en tête de ces « envies d’ailleurs ». L’Île-de-France restant, et de loin, le premier bassin d’emploi et de population, les 24% de franciliens qui ne regardent qu’en Ile-de-France représentent malgré tout une très belle proportion de la population française.

On retrouve également cette tendance de forte envie de mobilité en Occitanie, avec un habitant sur trois qui consulte des offres uniquement hors de sa région et en Bourgogne-Franche Comté (25%).

A l’inverse, l’Auvergne-Rhône-Alpes (41%), la Bretagne (33%), les Hauts-de-France (33%) et le Grand Est (33%) sont les régions avec la plus forte proportion d’habitants s’intéressant uniquement à des postes dans leur région respective.

Focus sur la localisation des offres d’emploi consultées par les candidats, dans chaque région

En Auvergne Rhône Alpes, Hauts-de-France, Normandie et Centre Val de Loire, la région qui attire le plus les actifs en dehors de leur lieu d’habitation est l’Ile-de-France. Une tendance bien différente dans l’Ouest, où la région parisienne n’arrive qu’en 4ème position des régions qui intéressent le plus.

Les actifs bretons s’intéressent aux Pays de la Loire et à la Normandie, quand les candidats des Pays de la Loire consultent prioritairement les opportunités en Bretagne et Nouvelle-Aquitaine. Une mobilité qui reste donc limitrophe à leur région d’origine.

Auvergne-Rhône-Alpes en tête des régions les plus convoitées par les franciliens

La Vallée du Rhône, l’Ouest et le Nord de la France sont les régions plébiscitées par les franciliens devant des bassins situés plus au sud comme La Nouvelle Aquitaine, PACA ou encore l’Occitanie.

L’Auvergne-Rhône Alpes attire toujours autant avec 12% des franciliens qui consultent les offres à pourvoir dans cette région. Ex-aequo les Hauts-de-France et les Pays de la Loire sont aussi des bassins d’emploi qui ont fait leurs preuves ces dernières années grâce à des industries de pointe et des réseaux importants de transport. En revanche, seuls 9% des franciliens ont regardé vers la Nouvelle-Aquitaine en septembre. Le dynamisme de la région bordelaise n’impressionne plus autant. La Bourgogne Franche-Comté est lanterne rouge avec seulement 6% des franciliens qui ont consulté des offres de cette région.

« Le contexte de la crise sanitaire et économique que nous traversons a visiblement accentué voire accéléré l’envie d’ailleurs des franciliens. En septembre, plus de 4 franciliens sur 10 briguaient un nouveau poste en dehors de l’Ile-de-France. Leurs recherches se dirigeaient principalement vers la métropole lyonnaise, vers les Hauts-de-France et les Pays de la Loire qui semblent attirer de plus en plus. Les régions de l’Ouest de la France (Bretagne et Pays de Loire) tirent doublement leur épingle du jeu puisque seulement 13% et 14% des habitants s’intéressent à des postes situés uniquement dans d’autres régions » déclare David Beaurepaire, Directeur délégué de HelloWork.

Méthodologie : Étude réalisée sur la base des offres consultées par 3,1 millions d’utilisateurs des plateformes du groupe HelloWork (RegionsJob et ParisJob) en septembre 2020.