Indice de la mobilité professionnelle du groupe RegionsJob

Le groupe RegionsJob, second acteur privé de l’emploi et du recrutement sur Internet en France vous dit tout des envies de mobilité professionnelle en France sur les premiers mois de 2018. Où les salariés souhaitent travailler ? Quelles régions sont les plus demandées ? Quelles régions ont le plus de mal à garder leurs talents ?

Paris, le 18 juin 2018 – Avec 3,4 millions de visiteurs uniques mensuels (Mediametrie/NetRatings Janvier 2018) et 80 000 offres diffusées chaque mois par plus de 10 000 recruteurs sur l’ensemble du territoire, le groupe RegionsJob propose un éclairage inédit sur les désirs de mobilité des Français. En étudiant région par région les offres consultées par 5 millions d’utilisateurs sur les 3 premiers mois de l’année, le groupe RegionsJob nous donne une analyse complète des souhaits de mobilité à venir des Français.

L’Auvergne-Rhône-Alpes en tête des régions les plus attirantes

La région rhodanienne arrive largement en tête des régions qui attirent le plus de candidats d’autres régions : 11,1% des candidats qui cherchent du travail dans une autre région que la leur, s’intéressent à l’Auvergne-Rhône-Alpes !

Arrivent ensuite dans un mouchoir de poche la Nouvelle Aquitaine (10,2%), la Bretagne (10%), les Pays de la Loire (9,7%), l’Occitanie (9.3%) et … l’Île-de-France (9,1%), qui ne se trouve qu’à la 6ème position.

La région francilienne est le premier bassin d’emploi en France mais elle a un peu de mal à attirer des salariés d’autres régions puisque moins de 10% des candidats d’autres régions françaises intéressent à des postes localisés en région parisienne…

A l’extrémité du classement on trouve la Bourgogne Franche-Comté (3,4%) et le Centre-Val de Loire (5,3%).

Île-de-France : 59% regardent ailleurs !

L’Île-de-France, en plus d’une faible attraction sur les candidats des autres régions, a du mal à fidéliser ses propres habitants. Avec 59% de candidats qui consultent des offres dans d’autres régions, la région parisienne est en tête des régions ayant le plus de candidats à la mobilité géographique dans une autre région que celle qu’ils habitent. L’Île-de-France restant, et de loin, le premier bassin d’emploi, de population et d’utilisateurs des plateformes du groupe Regionsjob (34%), les 41% restant représentent malgré tout une très belle proportion de la population active française.

Parmi les autres régions qui ont du mal à fidéliser leurs habitants on trouve dans l’ordre décroissant le Centre-Val de Loire (52% regardent ailleurs), la Bourgogne Franche-Comté (52%), la Normandie (46%) et l’Occitanie (45%).

A l’inverse le Grand Est (31%), l’Auvergne-Rhône-Alpes (33%) et PACA (35%) sont les régions avec le plus petit taux d’habitants regardant dans d’autres régions.


Auvergne-Rhône-Alpes en tête également chez les Franciliens…

A l’image des chiffres nationaux, la région lyonnaise fait carton plein en Île-de-France et attire 13,5% des Franciliens qui cherchent ailleurs. On trouve ensuite un peloton composé des Pays de la Loire, du Grand Est, de la Bretagne, des Hauts-de-France et de la Nouvelle Aquitaine, chacun compris entre 10% et 11%. La Bourgogne Franche-Comté est lanterne rouge avec seulement 2,9% des Franciliens qui regardent vers l’Est.

« il y a 3 raisons principales expliquant les souhaits de mobilité géographiques des franciliens : la forte attractivité économique de la 2nde région de France en termes de poids économique pour l’Auvergne Rhône Alpes, l’attrait de la façade atlantique et de ses métropoles (Bordeaux, Nantes, Rennes) pour la Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire et Bretagne et la proximité géographique avec les frontières de l’Ile de France  pour la région Grand Est et les Hauts de France » analyse David Beaurepaire Directeur Délégué groupe Regionsjob.

Les Hauts-de-France en route vers l’Île-de-France

Les habitants des Hauts-de-France sont les plus intéressés par un emploi en Île-de-France (13% de l’ensemble des Français qui souhaitent aller en région parisienne). Ils sont suivis de près par l’Auvergne-Rhône-Alpes (11,9%) et l’Occitanie (9,7%).

Plus de détails notamment par région disponibles sur demande au service de presse.

Méthodologie : Etude réalisée sur la base des offres consultées par 5.2 millions d’utilisateurs des plateformes du groupe Regionsjob au cours des du T1 2018.